La Chenille processionnaire

Qu’est ce que la chenille processionnaire ? ​

La chenille processionnaire (Thaumetopoea processionea) est originaire de l’Europe du Sud. Aidée par le commerce des plantes vivantes, ainsi que le changement climatique de notre époque, celle-ci est présente aux Pays-Bas et dans le nord de l’Allemagne.Elle a d’abord été introduite accidentellement en Grande-Bretagne en 2005.​

Une inéxorable avancée sur notre territoire :​

la chenille processionnaire du pin est un insecte difficile à maîtriser. Ce nuisible avance inéxorablement au Nord et en altitude sur le territoire français depuis 2014 et ce bien plus vite que les chercheurs ne le pensaient. Son arrivée dans Paris était programmée pour 2025, elle y est parvenue en 2016. Son cycle de vie spécialisé demande des connaissances biologiques et des compétences spécifiques. 

La projection de leurs poils urticants représente un véritable danger pour l’homme et l’animal. Également, cette chenille se nourrit de nos arbres et peut donc les dégrader. Ce parasite étant très présent pendant la période du printemps, il est important de connaitre les différentes méthodes afin de s’en prémunir et de l’éradiquer quand celle-ci apparait.

Elles sont heureusement facilement identifiable; les chenilles processionnaire ont une abondante pilosité elle-même reliée à une glande qui contient son venin.

Il y a trois caractéristiques permettant de l’identifier:

  • Une pilosité abondante
  • Une couleur brune avec des tâches orangée
  • Une tête noire
Poils urticants 
Une chenille processionnaire 

À quelle période sommes-nous en danger?

Il existe enfaite 2 types de chenille processionnaire : la première appelée « chenille processionnaire du pin » et la seconde « chenille processionnaire du chêne« .

Celles-ci représentent un danger selon la période, pour la première il s’agit de mars à avril, pour la seconde le danger s’étend de fin juin à mi-juillet. Le danger s’étend donc entre le mois de mars jusqu’à août.

prédateur naturel : la mésange charbonnière 

Comment éliminer les Nids ?

La présence des Chenilles dans le jardin est passée inaperçue au sol mais le Nid les a trahit et il faudra l’éliminer car, même vide, il reste polluant. Si les arbres ont des pièges, attendre la descente complète des Chenilles pour éliminer le nid.

Nid de Processionnaires du pin dans mon jardin

1) S’équiper de casque ou casquette, de masque et lunettes, de gants, bottes et vêtements imperméables, où les poils ne pourront pas se loger. 

2) Profiter d’une journée de pluie froide. La pluie évite la dispersion des poils et par temps froid, les Chenilles sont moins actives. Sinon, si c’est possible, humidifier l’arbre.

3) Couper et brûler les branches atteintes avec le moins de manipulations possible, sans respirer les fumées. 
Si vous n’êtes pas équipé, si le nid est trop haut, ou si vous êtes allergique, vous pouvez faire appel aux pompiers.
 

Nid chenilles processionnaires 

Comment protéger son chien de la chenille processionnaire ?​

Les chenilles processionnaires ont en faite des milliers de petits poils urticants,ces poils contiennent en faite une substance appelée thaumétopoéine; c’est grâce à celle-ci d’ailleurs qu’on a établi son nom scientifique. Les atteintes sur les animaux domestiques sont à prendre au sérieux, car la rencontre avec les processionnaires signifie souvent une urgence vétérinaire pour les chiens et les chats. Cela leur provoque une nécrose de la langue ou des muqueuses et nécessitent une consultation d’urgence. Si un traitement n’est pas donné rapidement le pronostic vital de l’animal peut-être mis en cause. Les mêmes dommages sanitaires peuvent arriver sans contact direct, en broutant de l’herbe ou en léchant des poils souillés.  

Symptôme de l’envenimation:

 Lésions oculaires: lors de contact entre les poils urticants et les yeux, une conjonctivite ou des ulcères de cornée peuvent faire leurs apparitions. Les lésions sont aggravées à cause du réflexe de l’animal, qui se gratte à l’endroit touché. 

un examen ophtalmologique doit être pratiqué face à toute suspicion d’envenimation par les chenilles processionnaires du pin. 

 Lésions cutanées:  la thaumatopoéine peut provoquer l’apparition d’importantes lésions de la peau, notamment sur le contour des lèvres et sur toutes les zones où la peau est fine. 

 Lésions buccales et digestives: Les muqueuses réagissent particulièrement violemment au contact avec le venin de la processionnaire et le risque d’atteintes gravissimes et de nécroses présente une urgence de consultation quelque fois vitale. 

En effet, très peu de temps après le contact entre une chenille et la bouche de l’animal, une inflammation très importante apparaît. Le chien souffre de démangeaisons, et se met à saliver énormément. 

Son visage se met à enfler et sa langue bleuit progressivement, synonyme de nécrose des cavités buccales.

Les parties infectées et donc nécrosées vont noircir puis se détacher de la partie saine seulement quelques jours après l’envenimation. Une partie de la langue ou la langue entière est alors condamnée de façon irréversible.

Si des chenilles ont été ingérées, l’inflammation va également toucher l’oesophage et l’estomac de l’animal donnant suite à des vomissements. 

Symptômes généraux:

  • forte présence de fièvre
  • démangeaisons et douleurs très intenses
  • l’animal bave de façon importante 
  • forte détresse respiratoire causé par un oedème de la langue
  • insuffisance rénale due à l’envenimation
  • risque hémorragique lié aux troubles de la coagulation dans certains cas 
  • choc allergique pouvant conduire à des convulsions ou un coma.

Si certains de ces symptômes s’aggravent, c’est le pronostic vital de l’animal qui est en péril. ​

Comment réagir face à cette situation ?

La rapidité d’intervention et la mise en place d’un traitement, seront les éléments déterminants pour soigner et limiter les dégâts occasionnés par les chenilles processionnaires. 

Quand l’animal est touché, il ne faut surtout pas le manipuler sans quelques précautions (des gants) car vous pourriez avoir des réactions cutanées liées au contact des poils urticants présents sur votre compagnon. 

La meilleure solution est de le conduire chez le vétérinaire pour qu’il lui administre tous les soins et intervention nécessaire à son rétablissement.

Plus la consultation vétérinaire sera rapide, plus votre animal aura de chance de se rétablir sans grosses séquelles. 

               CENTRE ANTI-POISON ANIMAUX    04 78 87 10 40        

nécrose de la langue d’un chien 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *